Un courtier immobilier n’est pas un vendeur, il est un intermédiaire et un conseiller en immobilier. Ses connaissances touchent autant au marché immobilier, au droit immobilier (rédaction des contrats et règlements sur le courtage) qu’aux hypothèques.

Les critères à considérer sont différents d’un acheteur à un vendeur, mais dans les deux cas, fiez-vous à votre impression et au professionnalisme de l’agent. Les délais de retour d’appel et de suivi vous donneront une bonne indication.

Un acheteur choisi un agent pour l’accompagner tout au long de son processus d’achat et pour le conseiller sur ses choix et ses besoins. Il désire être protégé de toute erreur qu’il pourrait commettre dans son choix d’investissement ou lors de la rédaction d’une promesse d’achat. Il désire obtenir le meilleur prix possible pour son investissement ainsi que le meilleur taux hypothécaire. La compréhension de ses besoins sera essentielle.

Pour un vendeur, le plan de mise en marché est primordial. Sachez que le taux de commission fixé et les efforts fournis par le courtier sur la mise en vente de votre propriété sont intimement liés. Un agent déployant de gros efforts publicitaires tel que des publicités sur Internet, des téléphones de prospection, l’organisation de visites libres et de caravanes n’acceptera probablement pas un taux à 4 % puisque ses frais et son temps ne le justifieront pas. Qu’ils soient connus ou non dans leur secteur n’a pas vraiment d’impact sur la vente elle-même puisque tous les agents travaillent en équipe qu’ils soient pour Sutton, Remax, Royal Lepage ou autres. Bien entendu, des exceptions s’appliquent lorsqu’il s’agit de propriétés de luxe et de manoirs.

Ces éléments devraient faire partie des premières étapes de votre processus de réflexion.

À propos de l'auteur
Myriam Marouani
5 articles à son actif

Myriam Marouani

181 queries in 0,710 seconds.
À propos de ce site
Outils